Boutique

Instants cadrés

35,00  TVAC

Description

Portraits photographiques de la Maison Gilles à Namur (1860-1914)

En 1860, la famille Gilles ouvre son studio photographique à Namur et inaugure une activité familiale qui se déploiera sur cinq générations. La technique photographique en est encore à ses balbutiements mais connaît déjà un succès certain auprès de différentes catégories de la population. Défilent ainsi dans le studio des photographes des familles, des prêtres, des enfants, des paysans qui, souvent, prennent la pose pour la toute première fois…

Aujourd’hui, le charme opère encore. Il a d’ailleurs suscité ce projet collectif de valorisation des premiers clichés de la famille Gilles, tirés entre 1860 et 1914. C’est que, même si la plupart d’entre eux restent anonymes, ces Namurois des siècles derniers nous fixent sans ciller. Visages, postures, costumes, mains et regards offrent un accès sensible et inédit au passé. Ils lancent aussi de nombreuses questions à l’observateur du XXIe siècle à propos des personnes photographiées, des portraitistes professionnels et des cadres sociaux qui conditionnent la pratique de la prise de vue. Quelles étaient les techniques utilisées ? Quels usages étaient réservés à ces portraits ? Qui étaient les Gilles ? Comment ont-ils acquis et transmis leur savoir-faire de photographes ? Dans quelle mesure ces portraits donnent-ils une image représentative de la société namuroise de l’époque ? Ces images peuvent-elles même éclairer l’étude de la condition féminine ou des relations intra-familiales ? Ces questions sont au cœur des chapitres scientifiques qui, dans cet ouvrage, alternent avec des œuvres artistiques, présentées comme autant d’échos contemporains à l’indéniable puissance poétique des photos Gilles.

Table des matières :

Avant-propos (Vincent Bruch et Emmanuel Bodart)
Prologue : La candeur peut être d’une grande beauté (Luc Stokart)
Introduction (Anne Roekens)
La Maison Gilles 1860-1974. Le portrait d’une famille namuroise (Valentine Pigeolet)
Cet instant (Anne Marie Finné)
L’âge d’or de la carte de visite, du collodion aux débuts du gélatino-bromure (Marie-Christine Claes)
Le sas, un espace à l’œuvre…  (Anne Liebhaberg)
L’Établissement Gilles en 1870 : un agenda de comptoir (Brumme)
Tous singuliers (Galerie de portraits du fonds photographique Gilles)
« Par-être » (Philippe Remy)
L’hybridité du studio photographique Traditions et transgressions vestimentaires dans le fonds Gilles (Lyse Vancampenhoudt)
37 (Pauline Caplet)
Que réfléchit le portrait ? Expressivité et marque d’affections dans les portraits photographiques du fonds Gilles (Lucie Castaigne et Louise Stokart)
Atelier d’écriture (Delphine Vanhagendoren)
Aux confins du portrait photographique – un contrepoint indien (Alexandra de Heering)

Informations complémentaires

Poids 1.600 kg
Auteur

BATAILLE Catherine, BODART Emmanuel, BRUMME, CAPLET Pauline, CASTAIGNE Lucie, CLAES Marie-Christine, de HEERING Alexandra, FINNÉ Anne Marie, LIEBHABERG Anne, NOËL Martine, PIGEOLET Valentine, REMY Philippe, RENARD Delphine, ROEKENS Anne, STOKART Louise, STOKART Luc, SYLOU, VANCAMPENHOUDT Lyse, VANHAGENDOREN Delphine

Année de parution

2021

Pages (hors couverture)

272

Dimensions

21×29,7cm

Éditeur

Archives Photographiques Namuroises asbl

Distributeur

Les éditions namuroises asbl

ISBN

978-2-87551-120-1

X